La prune d’ente fait tâche d’huile

Journal Sud-Ouest du 12 juin 2015

SUD-OUEST ARTICLE 12-06-15

L’Observatoire des Cosmétiques

L’huile de prune de Gascogne

Les Français ont aussi leur « huile aux trésors » ! Nul besoin de voyager très loin. Elle se trouve dans le Sud-Ouest, en Gascogne. Pépite de douceur et de gourmandise, cette huile de prune, souvent bio, est riche et nourrissante. Mais, par rapport aux autres huiles végétales, cet ingrédient typiquement français offre un sérieux atout en plus : son parfum qui embaume ! On la retrouve dans des soins cosmétiques ou des gommages nourrissants pour le corps, ainsi que des gammes familiales où sa tolérance fait merveille…

La prune de Gascogne, ou prune d’Ente, avec laquelle on fabrique les célèbres pruneaux d’Agen, est une spécialité du Sud-Ouest, et plus particulièrement du Lot-et-Garonne. C’est une variété de prunier de l’espèce Prunus domestica. Les prunes d’Ente présentent une couleur violet foncé à reflets bleuâtres caractéristiques et une chair couleur de miel très sucrée. Véritable trésor de douceur et de gourmandise, étudiée sur le plan cosmétique depuis peu, l’huile végétale est obtenue par pression de l’amandon situé dans le noyau de la prune, et très souvent mis à l’écart par l’industrie agro-alimentaire.
Après séchage et décorticage des noyaux, les amandons sont broyés puis pressés dans une presse à vis pour obtenir l’huile recherchée (INCI : Prunus domestica seed oil). Cette huile vierge, de première pression à froid, le plus souvent de qualité biologique, est ensuite simplement décantée et filtrée.
100 % pure et naturelle, adoucissante et très assouplissante, avec une texture riche et nourrissante et un toucher velours (tout le contraire d’une huile sèche à la texture « effet flaque » qui donne l’impression de « napper » l’épiderme sans pénétrer !), elle procure une profonde sensation de nutrition et fait merveille sur les peaux sèches et sensibles, mais aussi sur les cheveux secs.

Elle possède surtout une qualité olfactive envoûtante qui est sa signature. Son odeur d’amande amère et de frangipane est vraiment délicieuse et addictive ! À la fois subtile et gourmande, elle est presque un parfum à elle seule, à la différence des autres huiles végétales qui, pour la plupart, ne sentent que… l’huile ! Naturellement riche en vitamine E antioxydante, elle préserve la jeunesse de la peau tout en présentant une très bonne stabilité à l’oxydation. Dans sa composition, on trouve également une teneur élevée en omégas 6 et 9 (acide linoléique et acide oléique surtout), acides gras essentiels indispensables à l’équilibre cutané.

DES SOINS CORPS RICHES, NOURRISSANTS ET PARFUMANTS…

Si on peut la découvrir pure chez Aroma-Zone qui la propose dans une qualité alimentaire en différentes contenances (Huile végétale de Prune Bio, 1,50 € les 10 ml, 4,90 € les 30 ml ou 12,50 € les 100 ml), on la retrouve, associée à d’autres ingrédients, dans différents soins pour le corps, comme Aroma Nutrition Crème Riche Nourrissante Corps de Decléor (200 ml, 38 €), ou, sous forme d’huile et de beurre de Prune de Gascogne accompagnés de cire essentielle de mimosa de Provence, dans la Crème Nourrissante peaux sèches de la gamme Aromathérapie d’Académie Scientifique de Beauté (44 €, 50 ml).
Comme elle ne nécessite aucun parfum de masquage, elle offre une excellente tolérance qui séduit les marques familiales comme SkinHaptics (Gel Douche Corps & Cheveux aux huiles de coton et de prune, 400 ml, 16 € ; Huile de Massage Corps aux huiles de coton, de prune et de tournesol, bébé, enfant, adulte, 125 ml, 21 €), ou les marques dédiées aux futures mamans, comme Beautanicae qui l’utilise dans son Baume Onctueux Vergetures certifié bio (150 ml, 27 €).

… OU DES GOMMAGES ULTRA-CONFORT

On peut aussi utiliser la poudre de noyaux de prune de Gascogne comme agent exfoliant (INCI : Prunus domestica seed powder). C’est le cas du Gommage de Cocagne Corps à l’huile de pastel de Graine de Pastel (150 g, 23 €).

L’huile de prune de Gascogne est encore peu utilisée dans les soins visage et c’est bien dommage ! On ne l’a vue jusqu’à présent que dans la nouvelle Huile démaquillante d’Acorelle (125 ml, 16 €), une marque de cosmétiques certifiés bio qui siège précisément dans le Lot-et-Garonne !
Elle devrait également intéresser les parfumeurs. Nul doute que cette huile ne compte pas pour des prunes !

Ariane Le Febvre

© L’Observatoire des Cosmétiques

Lire l’article original: http://www.observatoiredescosmetiques.com/pro/actualite/zoom-nouveautes/l%E2%80%99huile-de-prune-de-gascogne-2967

JPO aux Vignerons du Brulhois

Les vignerons du Brulhois ont ouvert les portes de la cave à 9 producteurs locaux venus proposer leurs produits par des dégustations ou démonstrations. Nombreux étaient venus faire les cadeaux pour Noël, alliant le plaisir d’offrir au plaisir des papilles.

Photo dans Sud Ouest sur Nathalie Barrère à l'occasion de la dégustation de crêpes aromatisées aux Huiles Perles de Gascogne au Noël du Brulhoix

Source : Sud-Ouest

Lire l’original : http://www.sudouest.fr/2013/12/08/la-cave-a-ouvert-ses-portes-aux-producteurs-regionaux-1253017-3743.php

La gastronomie à l’honneur

Dégustation de produits du terroir lot et garonnais dont les huiles Perles de Gascogne à la Cave des Vins du Brulhois à Layrac

Nathalie présentait les huiles de Perles de Gascogne produites à Pujols : huiles de prunes, de noisettes, de noix…/Photo DDM, B. G.

Les Vignerons du Brulhois recevaient les clients potentiels de la cave pour la journée «portes ouvertes» de ce début décembre. Les produits de la gastronomie locale s’accommodant très bien avec le vin de la cave, les producteurs étaient là.

Les foies gras et autres pâtés, délices de la maison Julien de Durance voisinaient avec les huiles des Perles de Gascogne. Représenté à la cave par Nathalie, l’établissement de Pujols produit des huiles à partir des amandes de prunes d’ente pressées à froid, selon une méthode imaginée par le fondateur de Perles de Gascogne : Jean-Pierre Clavié. Cette huile est employée en alimentaire aussi bien qu’en cosmétique.

Caroline Delcropt des Délices de Saint-Cirice ne manque pas ces événements avec, entre autres, ses pâtes de fruits enrobées de chocolat. Les Vergers d’Escoute de Penne-d’Agenais proposaient les chocolats sous divers conditionnements, avec des nouveautés : les figues et abricots farcis à la crème du fruit et enrobés de chocolat.

Pour les liquides : la maison Aurian de Condom présentait ses armagnacs dont le plus vieux millésime remonte à 1972. La ferme de Gagnet, à Mézin, est un gîte de vacances qui commercialise ses produits : floc de Gascogne et armagnac ainsi que la cuisine de canard (magrets, foie, pâtés, rillettes, cous farcis…). On trouvait aussi les truffes dont Bernard Rosa, vice-président des trufficulteurs du Lot-et-Garonne, parle si bien.

Plus inattendu : le caviar, perle noire du Périgord, produit aux Eyzies, en Dordogne, à partir d’esturgeons élevés dans le bassin d’Arcachon. De belles idées de cadeaux qui sont en dépôt à la cave de Goulens jusqu’aux fêtes de fin d’année.

Source : La Dépêche du Midi

La Lettre d’Objectif Aquitaine : Perles de Gascogne vend une huile péruvienne

Brève parue dans la Lettre n° 880, du 4 juin 2013 d’Objectif Aquitaine

PUJOLS (47)
PERLES DE GASCOGNE VEND UNE HUILE PÉRUVIENNE
Il aura fallu instruire le dossier pendant sept ans, mais désormais c’est fait. La société Perles de Gascogne (siège à Pujols – 47. 3 salariés – 450.000 € de CA), jusque-là connue pour sa production d’huiles de prune, de noisette et de noix à destination du marché alimentaire et cosmétique, vient de décrocher l’aval des autorités européennes (Novel Food) pour distribuer une huile péruvienne. Cette huile vierge, Inca Inchi, est unique au monde pour sa teneur en Oméga 3 (50 %) et en Oméga 6 (40 % environ). Perles de Gascogne en a obtenu l’exclusivité de la distribution pour les industries alimentaires et nutraceutiques. Avec cette huile péruvienne, Perles de Gascogne renforce sa position d’acteur du marché des huiles rares.

v2.perles-gascogne.com

Lire l’article original surhttp://form.dolist.net/o/?s=4197-13640-8515-d0876aef&v=1

Le Nouvel Observateur : « Parfum de cuisine ! Mets de l’huile » de Michel Gardère

Article de Michel Gardère, paru le 1 mars 2013 dans le Nouvel Observateur :

Parfum de cuisine ! Mets de l’huile

Depuis quand se parfume-t-on ?

Mademoiselle Cro-Magnon devait déjà écraser des fraises ou des airelles derrière les lobes de ses oreilles pour attirer l’attention de son jules dont on n’est pas tout à fait certain qu’il se prénommait Jules. Pourtant, les historiens attribuent beaucoup plus tardivement – à Jean-Marie Farina – l’invention (en 1709) du premier parfum “industriel“ : L’Eau de Cologne qu’il fabriqua dans sa bonne ville italienne.

Depuis il fut irrémédiablement copié et imité. Voilà pour le parfum du corps qui est souvent de cœur. Mais existe-t-il un parfum de cuisine ? Un vrai, en flacon, qui se conserve et que l’on peut verser, au dernier moment, sur un plat, salé ou sucré, pour lui apporter à la fois une saveur particulière et des fragrances inédites. La réponse est oui.

Ce parfum existe depuis 1995

Cette année-là, Jean-Pierre Clavié, agriculteur à Pujols (à côté de Villeneuve-sur-Lot) qui réalisait déjà de l’huile de noisette et cultivait paisiblement ses pruniers, songea que les pruneaux d’Agen, qui n’ont rien d’agenais et sont, pour l’essentiel, cultivés autour du vieux Lot, possédaient eux aussi un noyau et qu’à l’intérieur de celui-ci on trouvait un amandon. Cet amandon, pressé, pourrait, comme la noix ou la noisette – et même l’amande – donner une huile.

En 1997, avec l’aide de l’Institut de Recherche sur le Corps Gras de Bordeaux, Jean-Pierre Clavié fait couler les premières gouttes de son huile qui sera brevetée et soumise aux exigences des normes pharmaceutiques.

Elle ressemble à de l’huile, mais il s’agit davantage d’un arôme alimentaire qui peut être utilisé pour de nombreuses recettes, salées ou sucrée ”

C’est ce que nous explique aujourd’hui Nathalie Barrère, la fille de l’inventeur qui commercialise désormais l’invention formidable de son père. Car il convient de parler sans détour et de n’avoir pas peur des superlatifs. Cette huile d’amendon de pruneau est véritablement extraordinaire. C’est le parfum des amoureux de la cuisine. Celui que l’on attendait tous. Il donne infiniment de relief à un rôti de veau aussi bien qu’à une salade de scarole (3/4 gouttes suffisent) et il rend sublime le premier macaron venu tout comme le muffin ou la brioche. A la vérité, on peut (on doit) mettre ce parfum partout. Ou presque.

Elle est très riche en vitamine E

L‘huile vierge de prune ou huile vierge d’amendons de pruneaux est obtenue par une première pression à froid des amandes situées donc à l’intérieur du noyau pruneau sans aucune utilisation de solvant ou produit chimique. L’huile vierge de prune est une huile naturelle exempte de tout additif. Elle est en outre non OGM et possède un caractère non allergène. Très riche en vitamine E, ce qui ne gâte rien, elle possède des caractéristiques organoleptiques et aromatiques véritablement exceptionnelles. Son intense flaveur naturelle d’amande pourrait la classer dans les arômes naturels et ainsi la substituer aux arômes artificiels d’amande amère. Dernier détail : on peut aussi bien l’utiliser à froid qu’à chaud.

Si le mot parfum qui vient du latin perfume qui signifie par la fumée cette huile donne pour sa part un fumet rare à ce qu’elle touche. A essayer d’urgence.

Perles de Gascogne

Vidalou

47300 Pujols – tel : 05 53 70 21 55

www.perles-gascogne.co

Michel Gardère – Le Nouvel Observateur

Lire l’article original sur : http://obsession.nouvelobs.com/produits/20120301.OBS2641/parfum-de-cuisine-mets-de-l-huile.html

Crédit photo Le Nouvel Observateur

Crédit photo Le Nouvel Observateur

Site www.nutraingredients.com : Amazonian omega 3 oil wins EU approval

Article du 8 janvier 2013 sur l’obtention de l’alimentarité de l’huile Inca Inchi, distribuée par Perles de Gascogne.

Lire l’article original (en anglais) sur : http://www.nutraingredients.com/Industry/Amazonian-omega-3-Inca-oil-wins-EU-approval

Amazonian-omega-3-Inca-oil-wins-EU-approval_strict_xxl

Fashion Style Paris « Et toque » sur Dominique Bouchet, chef du Crillon

Citation de l’huile vierge d’amandon de pruneau dans les bonnes adresses de Dominique Bouchet, chef du palace Le Crillon.

Article paru dans Fashion Style Paris sur Dominique Bouchet, chef du Crillon

France Soir : « Il a inventé l’huile… de pruneau! »

Article sur Jean-Pierre Clavié, fondateur de la société Perles de Gascogne et créateur de l’huile vierge première pression à froid d’amandon de pruneau.Article France Soir sur Jean-Pierre Clavié, créateur de l'huile d'amandons de Pruneau